Une nouvelle année apporte de nombreux changements avec elle, et c’est aussi le cas en matière de construction, rénovation et habitation durable. Vous envisagez de construire, de rénover ou d’acheter une maison cette année ? Vous vous posez alors des questions sur les primes et règlementations en vigueur. Inspiration Maison vous propose une liste de ce qu’il faut savoir.

Les primes énergie

Les personnes qui introduisent une demande de permis de bâtir, doivent faire construire une maison avec un niveau E de maximum E50 pour pouvoir bénéficier d’une prime énergétique. L’année dernière, ce niveau E maximal s’élevait encore à E60. Pour les nouvelles constructions, la prime énergie est de minimum 1 800 € pour les maisons, et de minimum 800 € pour les appartements. Les valeurs U maximales ont également été revues à la baisse cette année. Une valeur U maximale de 0,24 W/m²K a été mise en place pour les toits, murs et sols. Pour les fenêtres, elle s’élève à 1,50 W/m²K.

Réduction du précompte immobilier

À partir de 2016, les conditions pour obtenir une réduction sur le précompte immobilier deviennent aussi plus strictes. Si vous introduisez votre demande de permis de bâtir en 2016, le niveau E de votre habitation ne peut pas dépasser E30 (et ça doit rester le cas dans les cinq ans à venir) pour pouvoir obtenir une réduction de 50 pour cent sur votre précompte immobilier. Si vous arrivez à concevoir une maison avec un niveau E maximal de 20, vous ne devrez plus payer du tout de précompte immobilier.

TVA de 6 %

C’était déjà annoncé en 2014, mais c’est désormais le cas en 2016. Le taux de TVA réduit de 6 % n’est plus valable que pour les personnes qui rénovent une maison d’au moins dix ans. Si vous rénovez en 2016, mais que vous avez introduit votre demande avant le 1er janvier 2016, vous bénéficierez tout de même d’une mesure de transition.

Le bonus logement s’élargit

Bonne nouvelle pour ceux qui veulent acheter ou construire une seconde ou une troisième résidence en 2016 : le bonus logement est aujourd’hui élargi. Auparavant, vous ne pouviez bénéficier de cet avantage fiscal que si vous contractiez un prêt hypothécaire pour votre résidence principale et que vous habitiez effectivement dans cette habitation. Ce n’est désormais plus le cas.