Avec les températures froides et le gel, les maisons ont la vie dure. On pense d’emblée aux canalisations d’eau, qui sont les plus vulnérables. Mais les gouttières, si elles sont peu visibles, peuvent aussi présenter des problèmes. Comment éviter tout cela ? Et que couvre l’assurance habitation en cas de dégâts des eaux ?  

Dégâts des eaux par températures glaciales

Les dégâts aux canalisations, robinets ou chaudières surviennent lorsque le mercure descend en dessous de 5 °C, mais aussi après de longues périodes de gelées moyennes. Ce sont les installations ou appareils peu utilisés et avec de l’eau stagnante qui courent le plus de risques. Les conduites gelées sont monnaie courante en Belgique, et occasionnent bien des désagréments à ceux qui en sont victimes.

Chauffer suffisamment sa maison

Les dégâts des eaux surviennent généralement dans les maisons de vacances ou résidences secondaires à l’étranger, là où l’on ne consomme pas d’eau durant l’hiver. Il est important de vider les canalisations et de réchauffer suffisamment la maison, qui plus est en cas de températures glaciales. En hiver, évitez donc de laisser les fenêtres ouvertes ou de chauffer insuffisamment votre maison.

Couvrir les dégâts des eaux

Lorsque vous subissez des dégâts des eaux, vous pouvez faire appel à l’assurance dégât des eaux. Il s’agit là d’une sous-partie de l’assurance habitation. La plupart des polices couvrent les dégâts résultants d’une fuite venant du toit ou d’une fissure dans les conduites d’eau. Un tapis, un parquet ou du papier peint endommagés peuvent donc être remboursés par votre assureur. Y compris les « frais de recherche » de l’origine de la fuite.

Les limites de l’assurance dégâts des eaux

L’assurance dégâts des eaux connait également certaines limites. Ainsi, les réparations à l’installation où la fuite s’est produite ne sont pas couvertes. Les dégâts causés par le gel aux bâtiments laissés sans protection ne sont pas non plus remboursés. Pour toute question à ce sujet, le mieux est de contacter votre assureur.