La question de la répartition des biens au sein du mariage évolue en même temps que notre société. Alors qu’autrefois tout le monde se mariait en communauté de biens, de plus en plus de personnes optent aujourd’hui pour le régime de séparation de biens. Quels sont les avantages du régime de ce régime? 

Les différents régimes matrimoniaux

Vous pouvez vous marier sous différents régimes matrimoniaux. Le régime le plus courant était autrefois le mariage en communauté de biens. Cela signifie que les revenus professionnels des deux partenaires, les revenus du patrimoine propre et les intérêts liés aux obligations sont des biens communs. Prenons un exemple concret: les meubles et la maison appartiennent aux deux partenaires. C’est aujourd’hui le régime matrimonial standard.

Cependant, de plus en plus de personnes choisissent à l’heure actuelle le régime de séparation de biens, qui permet aux époux d’être tout à fait indépendants l’un de l’autre. Chacun garde ses propres revenus. En cas de divorce ou de décès, les époux ne diviseront que les biens non partagés.

Changer de régime matrimonial

Il peut être intéressant de changer de régime matrimonial au cours du mariage, par exemple lorsque l’un des deux partenaires démarre une entreprise. Vous pouvez ainsi mettre la maison au nom de l’autre partenaire et être protégé en cas de faillite. Pour changer de régime matrimonial, il suffit d’un acte notarié.

Pourquoi changer de régime matrimonial?

Un contrat de mariage est un document crucial pour l’organisation de l’héritage, car il détermine le montant des droits de succession. Un simple changement de régime matrimonial peut ainsi vous faire économiser une coquette somme sur les droits de succession. En outre, le régime de séparation de biens est le contrat idéal pour les personnes qui exercent un métier à risque. Les créanciers éventuels ne pourront ainsi prendre que les biens du commerçant, tandis que les biens du partenaire restent préservés. Vous pouvez ainsi par exemple protéger votre maison simplement en l’inscrivant au nom de votre partenaire et non au nom des deux conjoints. Vous devez naturellement faire suffisamment confiance à votre partenaire…

Lors du décès du propriétaire légal de la maison, l’autre partenaire bénéficie de l’usufruit durant le reste de sa vie. Les enfants ou autres héritiers reçoivent quant à eux la nue propriété, à moins que le testament ne stipule autre chose. En cas de divorce, le bien appartiendra au conjoint au nom duquel se trouve le bien.