Dans le contexte actuel de restrictions budgétaires et de conscientisation écologique, de nombreuses primes énergie existent pour nous encourager à construire et rénover de façon écologique. Faisons le point sur la situation en 2014 ?

Les primes énergie à Bruxelles

À Bruxelles, en 2013, on a principalement accordé des primes énergie pour la pose de vitrages super-isolant, l’installation de chaudières à condensation, l’achat d’électroménager performant, l’isolation des toitures et la régulation thermique.

En 2014, le budget de la capitale demeurera identique. Cependant, afin d’équilibrer l’offre et d’éviter un épuisement trop rapide des primes, on procèdera à une nouvelle répartition.

Les primes énergie en Wallonie

Les primes énergie wallonnes seront accordées jusqu’à la fin de la législature, en juin 2014. Actuellement, les primes qui rencontrent le plus de succès sont celles destinées à l’isolation du toit, des murs et des sols.

Parmi les primes énergie qui se maintiendront en 2014, on peut mentionner les écopacks, les primes pour les chaudières basse consommation ou à condensation et les primes énergie pour l’installation d’un chauffe-eau solaire, de châssis et de vitrages.

La prime pour le double vitrage a, quant à elle, reçu une nouvelle dénomination : « prime pour le remplacement de menuiseries extérieures ». Et, en 2014, il ne sera plus obligatoire d’avoir habité ou loué une maison pendant 5 ans pour pouvoir en bénéficier.

Les primes énergie en Flandre

Si, depuis le 1er janvier 2012, la Flandre s’est vue confrontée à la disparition de bon nombre de primes (robinets thermostatiques, isolation des tuyauteries, systèmes de ventilation avec récupération de chaleur…), d’autres primes y sont aujourd’hui octroyées, en matière d’isolation notamment.

Depuis 2013, la Flandre propose également des réductions sur le précompte immobilier. Malgré des conditions assez strictes, de telles primes sont très avantageuses.

Et, à partir de 2014, la Flandre imposera – pour les nouvelles constructions – la norme E60. En outre, toutes les nouvelles constructions devront disposer d’un système d’énergie renouvelable, sauf si elles atteignent un niveau de performance de 10 % inférieur au niveau E imposé.

Au niveau fédéral…

En 2014, le gouvernement fédéral ne relancera pas les déductions fiscales, à l’exception de l’isolation du toit. Et pour cause… à l’heure actuelle, les toitures représentent 30% des déperditions énergétiques des habitations belges.