Les coûts énergétiques atteignent des sommets et les normes auxquelles votre maison doit répondre se font de plus en plus strictes. De plus en plus de personnes choisissent dès lors de construire une maison passive: une construction profitant d’une excellente isolation et utilisant des sources d’énergie passives. Le but? Eviter les pertes de chaleur afin que la consommation d’énergie totale soit moins élevée que celle d’une habitation traditionnelle. Nous vous expliquons le fonctionnement précis d’une maison passive.

Les 3 piliers d’une habitation passive

Il existe plusieurs méthodes de construction pour une maison passive, qui sont toutes basées sur les mêmes trois piliers: isolation, étanchéité à l’air et ventilation.

La base: une bonne isolation

Une maison passive est toujours particulièrement bien isolée. Meilleure est l’isolation, moindre sera la perte de chaleur et moins vous devrez chauffer l’habitation. Dans les habitations traditionnelles, les murs sont souvent bien isolés, mais beaucoup de chaleur se perd via les fenêtres, le sol et le toit. Une maison passive ne peut faire l’impasse sur du triple vitrage, une bonne isolation du toit et des sols super-isolants. Une bonne construction passive n’est pas confrontée aux ponts thermiques et est entièrement étanche à l’air.

Etanchéité à l’air

Saviez-vous que les fentes et crevasses occasionnent une perte importante de chaleur dans une habitation traditionnelle? Dans une habitation passive, les finitions entre les différents matériaux de construction, par exemple autour des fenêtres, sont étanches à l’air. La perte de chaleur est donc impossible. Les fentes en-dessous des portes et autour des fenêtres sont réduites au maximum.

Ventilation

Dans les habitations bénéficiant d’une bonne isolation et étanchéité, une ventilation adéquate est indispensable.  Ouvrir régulièrement les portes et fenêtres est un bon début, mais il est souvent préconisé de prévoir un système de ventilation mécanique. Etant donné leur excellente isolation, les maisons passives sont souvent privées d’air naturel. Un système de ventilation mécanique permet d’évacuer l’air pollué des pièces humides vers l’extérieur et d’apporter de l’air frais dans la maison. Il est également possible d’équiper le système d’un récupérateur de chaleur, qui récupère la chaleur de l’air pollué et la distribue dans la maison.