Les inondations ont toujours créé des dégâts, superficiels et/ou catastrophiques. Pour parer à cette problématique économique, sociale et écologique, l’homme développe continuellement des mesures d’adaptation visant à se protéger les habitations et bâtiments industriels des crues. Depuis plus de 10 ans, la Région Wallonne se préoccupe de cette thématique.

Les inondations : une menace croissante

Les inondations sont des phénomènes que l’homme ne peut pas maitriser. Elles sont les catastrophes naturelles les plus fréquentes et causent des ravages, dégâts économiques et pertes de vies humaines, dans le monde entier. Leur nombre a malheureusement considérablement augmenté, au cours des 20 dernières années.

Pour lutter contre les inondations, il n’existe pas de solution unique. Seule la multiplication de petites mesures peut permettre d’en réduire les effets. Depuis plus de 10 ans, la Région Wallonne met en place des outils de gestion et d’information sur cette problématique.

La construction face aux inondations

En 2011, Philippe Henry, ministre wallon de l’Aménagement du territoire, avait annoncé son souhait de resserrer les règles de construction dans les zones inondables. Résultat? La Région wallonne établira des plans de gestion des risques d’inondation, pour fin 2015. L’objectif de ces plans est de « réduire les dégâts potentiels des inondations pour la santé humaine, le bâti, l’environnement, le patrimoine historique et les activités économiques ».

Et en Flandre ?

Joke Schauvliege, ministre flamande de l’Environnement, de la Nature et de la Culture, libère des subsides de 141.950 euros pour inciter les architectes et constructeurs à anticiper les risques d’inondations. « La Flandre doit, aujourd’hui, construire des habitations plus robustes face aux inondations ».

Couverture des dégâts inondations

Vous avez souscrit une assurance incendie pour protéger votre habitation et son contenu contre d’éventuels dégâts du feu ? Notez que celle-ci comprend la couverture des dégâts provoqués par des catastrophes naturelles, dont les inondations.

Il peut toutefois arriver qu’un assureur ne soit pas prêt à couvrir une habitation existante qui se situe dans une zone exposée à un risque plus élevé d’inondation. Actuellement, la Région de Bruxelles-Capitale ne comprend aucune zone à risques.