L’Homme moderne passe la plupart de son temps à l’intérieur, sans vraiment se rendre compte de la mauvaise qualité de son environnement ! Les sources de pollution intérieure sont nombreuses, et il revient à chacun d’entre nous de purifier notre intérieur. Voici quelques conseils pour vous débarrasser des polluants intérieurs.

Zoom sur les polluants intérieurs

Peintures, colles, nettoyants, désodorisants… nombreux sont les polluants volatiles qui contaminent l’air intérieur de nos maisons et ont des effets néfastes sur notre santé. Invisibles, ces polluants intérieurs se dégagent notamment de nos meubles et accessoires de maisons. Ils peuvent être à l’origine de toutes sortes de troubles, allant de la petite irritation aux affections plus graves, comme les cancers. Pour couronner le tout, ces polluants intérieurs sont dommageables pour la planète. Aucune contestation possible, donc : il est essentiel de réduire notre exposition à tous ces polluants.

Un air pur, dans une maison saine

Tout d’abord, optez pour des meubles et accessoires responsables. Préférez par exemple le bois brut au contreplaqué, choisissez des matériaux de déco et des textiles naturels, et entretenez régulièrement vos appareils à combustion. Utilisez, en outre, des produits ménagés respectueux de l’environnement.

Aussi, pour « purifier » l’air de votre maison, aérez régulièrement, investissez dans une bonne ventilation et évitez de surchauffer !

Bien aérer et bien ventiler

Parfaitement isolée, l’habitation moderne est étanche et réduit au minimum les déperditions d’énergies. Toutefois, cette étanchéité ne permet pas une aération suffisante pour renouveler l’air intérieur. C’est pourquoi on conseille non seulement d’ouvrir les fenêtres 10 minutes matin et soir, mais aussi d’investir dans une bonne ventilation. Sans quoi, les maisons conserveraient un air intérieur humide, propice aux odeurs malsaines, aux moisissures et aux bactéries.

Quel système de ventilation choisir?

La ventilation mécaniquement contrôlée (VMC) s’avère être la solution idéale. Mais comment choisir entre les VMC à simple flux et celles à double flux ?

Le système « C+ » simple flux

Avec les systèmes de ventilation à simple flux, l’apport d’air frais extérieur se fait de manière naturelle, par des grilles encastrées dans les châssis des fenêtres des pièces sèches (living, bureau, chambres…). L’évacuation de l’air vicié est opérée de manière mécanique depuis les pièces humides (salle de bains, toilettes, cuisine, buanderie…).

Le système « D » double flux, avec récupération de chaleur

De plus en plus de ménages sont séduits par le système « D ». Celui-ci fonctionne avec un mécanisme qui permet à l’air chaud sortant de chauffer l’air frais entrant, avant d’être diffusé dans votre maison. Les avantages de ce système sont :

  • la forte réduction des déperditions de chaleur dues à la ventilation ;
  • sa performance ;
  • ses qualités esthétiques, car il évite les grilles au-dessus des fenêtres.

Cependant, ce système s’avère un peu plus cher qu’un système C. Il exige en outre plus d’espace pour son installation et demande un entretien régulier. Enfin, il consomme plus d’électricité pour son fonctionnement.

Vous souhaitez obtenir des conseils en matière de ventilation ? Votre conseiller Blavier se fera un plaisir de vous aider !